En orbite : Laurent Saulnier et l’édition 2019 des Francos
Crédit photo : Victor Diaz Lamich
Crédit photo : Victor Diaz Lamich
Pascaline David - 31 mai 2019

En orbite : Laurent Saulnier et l’édition 2019 des Francos

Les Francos de Montréal s’annoncent cette année plus éclectiques, plus jeunes et plus surprenantes que jamais. Entretien avec Laurent Saulnier, vice-président à la programmation chez Spectra, qui nous en dit plus sur la programmation de cette 31e édition.
 

 

En 2017, on célébrait le 375e anniversaire de fondation de Montréal, et l’an dernier, les 30 ans des Francos. Est-ce que cette année s’annonce un peu plus « normale » ?

 

À vrai dire, je ne sais plus ce que c’est, une année normale aux Francos ! On conçoit toujours la programmation du festival comme si c’était le dernier, en espérant créer des événements inédits chaque jour. 

 

 

La programmation semble encore plus diversifiée cette année. Est-ce que c’était un choix conscient ?

 

L’éclectisme fait partie de l’ADN des Francos. Ce festival n’est pas consacré à un genre musical en particulier. Tous les styles de musique sont les bienvenus, le point commun étant simplement que les artistes chantent en français. Mais cette année, avec entre autres Cœur de pirate, Paul Daraîche, le spectacle qui rassemblera Philippe B. et Pomme, et l’hommage de Mario Pelchat à Charles Aznavour, c’est vrai qu’on ratisse particulièrement large.

 

 

L’esprit des Francos demeure marqué par une volonté de surprendre, semble-t-il…

 

Oui, c’est très important pour nous. Les Francos sont en partie le reflet de la production musicale francophone de l’année, mais si on se limitait à cela, il manquerait ces épices singulières qui font que l’on crée l’événement. Par exemple, pour La Renarde, sur les traces de Pauline Julien, créé l’an dernier, les gens étaient très sceptiques au début, mais nous avons osé. Finalement, le spectacle a affiché complet au théâtre Maisonneuve, une tournée a été enclenchée, un album enregistré cet hiver, et le spectacle est de retour à la Maison symphonique cette année. C’est phénoménal ! Pour l’édition 2019 du festival, nous avons invité des artistes connus, tout en essayant de nourrir cet esprit de découverte.

 

Photographe: Frédérique Ménard-Aubin
 
 

Quels sont vos coups de cœur parmi les spectacles à l’affiche ?

 

Le spectacle de Pierre Lapointe avec l’Orchestre Métropolitain, à la Maison symphonique, sera certainement l’un des plus beaux de cette édition. Il y a d’emblée un côté très « arrangé » sur son album La Science du cœur, et l’Orchestre Métropolitain magnifie cet aspect. C’est vraiment l’un des très gros morceaux de cette programmation, selon moi.

 

« On conçoit toujours la programmation du festival comme si c’était le dernier, en espérant créer des événements inédits chaque jour. » 

 

La musique francophone attire-t-elle encore les jeunes ?

 

Depuis des années, on me dit que les jeunes n’écoutent pas la musique francophone, alors que nous avons réussi à abaisser la moyenne d’âge du public des Francos d’à peu près 10 ans. En ce moment, cette moyenne s’établit à 30 ans. Notre travail ne consiste pas seulement à attirer les jeunes, mais aussi et surtout à soutenir les artistes qui leur parlent. C’est fondamental. Si on veut que l’industrie musicale québécoise continue à évoluer, il faut s’adresser aux nouvelles générations.

 

 

Dans un texte récent, vous vous adressez justement aux jeunes pour qu’ils choisissent le « vrai spectacle » plutôt que leur cellulaire. Qu’est-ce que cela signifie ?

 

Je vais vous donner un exemple tout simple. Certaines personnes disent ne pas avoir besoin d’aller à Paris parce qu’elles ont déjà vu la tour Eiffel en photo. Mais l’émotion d’y être en personne, qu’il s’agisse d’être devant la tour Eiffel ou Philippe B., est irremplaçable. Il y a une énergie incomparable dans une telle expérience, et ce n’est pas une question de foule. Certains spectacles se vivent dans une certaine intimité et ils réussissent à nous toucher, mais autrement. Un spectacle dans une petite salle fera vibrer une autre corde sensible que celle que touche Koriass en clôture des Francos sur la place des Festivals, devant 30 000 personnes. Ce qui ne change pas, c’est cette émotion impossible à reproduire sur nos écrans d’ordinateur ou de téléphone.

 

 

Les Francos de Montréal 2019 se tiendront du 14 au 22 juin 2019.

Go to top