Coronavirus (Covid-19)

Our performance halls can be open to a maximum of 250 people, in compliance with public health requirements. All ticketholders will be contacted by email before the scheduled date of their show. Learn more

Joséphine Denis : mains tendues dans la création
Photo credit : Thibault Carron
Photo credit : Thibault Carron
Maryse Boyce - March 18, 2021

En résidence – Joséphine Denis : mains tendues dans la création

Alors que la résidence Attachements communautaires : créer dans l’absence de l’autre se terminait en même temps que février et le Mois de l’histoire des Noirs, l’œuvre collective qui y a été créée sera exposée à la Place des Arts jusqu’à la fin du mois de mai. Retour sur cette expérience avec la commissaire Joséphine Denis.

 


Sur la photo : Joséphine Denis / Crédit photo : Malloy Lowe

 

Rappelons que, pour cette résidence, Joséphine Denis a mis en dialogue à distance trois artistes aux médiums distincts, afin de créer une œuvre collective : Damien Ajavon et son art textile, Émilie Régnier en photographie ainsi que l’artiste multidisciplinaire Shanna Strauss. Nous nous sommes entretenus avec la commissaire pour en savoir plus sur le déroulement de la création dans ce contexte exceptionnel et sur l’œuvre qui en est issue.

 

Revenons sur la formule inédite de cette résidence, soit la co-création à distance. Quel a été le principal défi pour l’équipe ?

 

Damien, Émilie, et Shanna ont contribué individuellement à cette œuvre collective, donc il leur fallait garder une vision commune en tête. Nous devions tous être sur la même page. Nous voulions faire honneur au travail de chacun, ce qui nous a menés à apprécier chacune des contributions. La transparence du fonctionnement était vraiment importante pour composer avec cette multiplicité de points de vue.

 


Sur la photo : Damien Ajavon

 

Quels sont les points forts qui ont émergé de cette manière de procéder ?

 

Le soutien entre les artistes, qui ne se connaissaient pas vraiment, a été beau à voir, autant en matière de créativité que de partage de connaissances techniques. Nous tenions des réunions chaque fin de semaine pour revenir sur leur travail. J’ai beaucoup apprécié ce moment avec eux. Ce dialogue a été important pour moi afin de les accompagner et pour commencer à voir les points communs entre les trois pièces de l’œuvre qu’ils ont créée.

 


Sur la photo : l'œuvre de Damien Ajavon

 

Quelle est la plus grande surprise qui est survenue en cours de résidence ?

 

Nous avons voulu exposer l’œuvre… et la Place des Arts nous a offert la salle d’exposition de l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme jusqu’à la fin mai! La dernière étape du processus a consisté à marier les différentes pièces qui forment l’entièreté de l’œuvre. Nous ne sommes plus dans l’hypothèse : nous sommes vraiment dans la matérialisation de cette œuvre collective.

 


Sur la photo : Émilie Régnier

 

Pouvez-vous nous décrire ces œuvres qui ont été créées au cours du dernier mois ?

 

Il y a des similarités intéressantes entre les concepts et les approches des trois artistes, puisqu’ils abordent chacun les questions : « Comment puis-je incarner et faire vivre mes héritages? Et comment ces connaissances, à leur tour, me protègent-elles ? » Leurs contributions explorent des matérialités différentes. Shanna Strauss a conçu une projection de photos imprimées sur des feuilles de bois où on voit un motif de mains. La pièce de Damien Ajavon, quant à elle, est une installation textile qui joue sur les notions de visibilité et de porosité. Dans le cas d’Émilie Régnier, il s’agit d’une mosaïque de portraits pailletés en sérigraphie qui forment un tout grandiose.

 

« Comment puis-je incarner et faire vivre mes héritages? »

 


Sur la photo : l'œuvre d'Émilie Régnier

 

Vous avez réalisé des entrevues avec chacun des artistes au cours de la résidence. Quels sont les points communs entre leurs visions et leurs pratiques qui en sont ressortis?

 

Les trois artistes se sont plongés dans une recherche très intime, avec un mélange de théories et de récits personnels. On sent que leur pratique se situe au-delà d’une ambition de carrière, qu’elle est ancrée dans une générosité et un élan collectif. Cela m’a beaucoup touchée.

 


Sur la photo : Shanna Strauss / Crédit photo : Shanna Strauss

 

Que retirez-vous de cette résidence atypique, en tant que commissaire ?

 

Cette résidence confirme que nous pouvons et que nous nous devons de toujours repenser les espaces institutionnels pour les rendre propices à l’épanouissement des artistes. En tant que commissaire, le projet a confirmé ma détermination à m’impliquer dans le processus de création; à soutenir les artistes dès l’étape de la conception des œuvres.

 


Sur la photo : l'œuvre Shanna Strauss / Crédit photo : Shanna Strauss

 

Discussions avec la commissaire et les artistes

La commissaire Joséphine Denis, ainsi que les artistes Damien Ajavon, Émilie Régnier et Shanna Strauss, expliquent ce qui les a inspirés et motivés à créer une oeuvre commune en l'absence de l'autre.

 

Attachements communautaires : créer dans l’absence de l’autre est à voir à la salle d’exposition de l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme de la Place des Arts jusqu’au 30 mai.

Go to top