Coronavirus (Covid-19)

Depuis le 8 octobre, la Place des Arts pourra accueillir des spectateurs dans ses salles, et ce au maximum de leur capacité et dans le respect des consignes sanitaires de la santé publique. Veuillez consulter les détails

Ma première Place des Arts : un concours où chaque artiste gagne
Crédit photo : Michel Parent
Crédit photo : Michel Parent
Maryse Boyce - 20 octobre 2021

Ma première Place des Arts : un concours où chaque artiste gagne

L’important, c’est de participer. L’adage n’aura jamais été aussi vrai qu’avec le concours Ma première Place des Arts, dont la période d’inscription pour 2021-2022 est en cours jusqu’au 1er novembre prochain. Portrait d’un concours dans lequel chaque participation se traduit par des apprentissages.

 

« On ne sait jamais qui va devenir la nouvelle Klô Pelgag ou le nouveau Philippe Brach : le concours permet d’aller à la rencontre de nouveaux talents », s’enthousiasme Jocelyn Ménard, directeur général et artistique de la Société pour l’avancement de la chanson d’expression française (SACEF), l’organisme instigateur du concours.

 

Prendre soin des jeunes pousses

 

« Je considère précieux d’avoir une influence positive sur l’amorce de leur cheminement », poursuit le directeur général, conscient que les artistes qui prennent part à Ma première Place des Arts aujourd’hui constitueront la trame du tissu musical et culturel de la chanson francophone de demain.

 

« On ne sait jamais qui va devenir la nouvelle Klô Pelgag ou le nouveau Philippe Brach : le concours permet d’aller à la rencontre de nouveaux talents »

 

Pour cette raison, le concours offre un accompagnement complet, notamment sous forme de mentorat, aux 24 jeunes artistes qui prendront part aux quarts de finale, soit 6 interprètes et 18 auteurs-compositeurs-interprètes et autrices-compositrices-interprètes. Paule-Andrée Cassidy et Brigitte Saint-Aubin entameront le parcours de mentorat, et ce sont huit autres artistes à succès de la chanson québécoise qui prendront le relais pour préparer les participants et participantes aux demi-finales et à la finale.

 

Sur la photo : Simon Lachance, lauréat de la 27e édition de Ma première Place des Arts dans la catégorie Auteur-compositeur-interprète. Crédit photo : Michel Parent

 

Par égard pour le courage que demande le fait de poser sa candidature, le comité de sélection de Ma première Place des Arts offre également des séances de rétroaction, en personne ou par vidéoconférence, à ceux et celles dont le dossier n’est pas retenu pour les étapes suivantes. « Cela peut les aider à mieux comprendre comment faire avancer et mûrir leur proposition artistique », résume Jocelyn Ménard, qui a vu de nombreuses fois des projets ne pas être retenus la première année, puis décoller lors d’une année subséquente. 

 

En route vers la professionnalisation

 

Ma première Place des Arts donne aux participants et participantes l’occasion de se produire dans un contexte professionnel, notamment avec quatre musiciens accompagnateurs, dirigés par Guillaume Rochon, et les techniciens chevronnés du complexe culturel.

 

« Cela permet de jouer à la Place des Arts, un endroit prestigieux, de non seulement y découvrir en quoi consiste la scène, mais aussi de faire face à la critique et de grandir », dit Olivier Robillard Laveaux, animateur de l’émission Ma première Place des Arts, diffusée sur MAtv. Cette vitrine d’une heure, diffusée à travers la province, permet aux artistes de vivre une expérience télévisuelle complète, avec une entrevue et la diffusion de l’ensemble des chansons présentées au concours.

 

« Les gens donnent souvent leur première entrevue devant une caméra à l’occasion de Ma première Place des Arts. Ils vont aussi jouer pour la première fois devant les caméras, poursuit-il, conscient du niveau de stress qui accompagne le plus souvent ces nouvelles expériences. Ce sont des aspects primordiaux dans la construction d’une carrière. » Le concours permet donc d’acquérir de l’expérience dans la sphère de la diffusion et de tester son amour du métier, dans le contexte le plus bienveillant possible.

 

De moins en moins « pandémique »

 

Après deux cycles marqués par les restrictions sanitaires, Ma première Place des Arts reprend cette année une forme plus près de la normalité, avec la présence du public en salle aux différentes étapes de la compétition.

 

La finale aura lieu au Théâtre Jean-Duceppe, plutôt qu’à la Cinquième Salle comme à l’habitude, en raison des rénovations se déroulant dans cette dernière. « Dans ce nouveau lieu un peu plus grand, nous pourrons expérimenter avec une scénographie différente pour la finale », se réjouit Jocelyn Ménard.

 

La chanson dont toutes les personnes inscrites dans la catégorie interprète devront offrir leur propre version a été composée cette année par Peter Peter, qui est revenu s’installer à Montréal après avoir passé quelques années en France. Il se produira en outre lui-même sur scène lors de la finale, comme le veut la tradition.

 

« Il n’y a rien à perdre, et beaucoup à gagner – et je ne parle pas des prix, mais bien de l’expérience. »

 

Se donner la chance d’apprendre

 

À celles et ceux qui hésitent encore à déposer leur candidature, l’animateur Olivier Robillard Laveaux dit ceci : « Il n’y a rien à perdre, et beaucoup à gagner – et je ne parle pas des prix, mais bien de l’expérience. »

 

Le directeur général de la SACEF abonde dans le même sens : « Il y a la confiance que l’on gagne chaque fois qu’on monte sur scène pour présenter ses chansons et obtenir la réaction du public, les commentaires des juges, les commentaires des mentors et mentores, mais il y a aussi les objectifs que l’on se donne à soi-même. » Et rien de mieux pour gagner en confiance que de bénéficier du soutien d’artistes qui ont fait leur marque dans le milieu.

 

La date limite pour s’inscrire au concours Ma première Place des Arts est le 1er novembre 2021. La finale du concours aura lieu le 19 mai 2022 au Théâtre Jean-Duceppe.

Go to top