Coronavirus (Covid-19)

La Place des Arts suspend la tenue de spectacles et d'activités publiques jusqu'à nouvel ordre. Voir les dernières mises à jour

grande première
Crédit photo : Ladislas Kadyszewski
Crédit photo : Ladislas Kadyszewski.
Steve Proulx - 18 juin 2018

La Grande Première des futures étoiles, édition 2018 : une soirée-bénéfice aux accents métissés

Le 5 juin dernier, de jeunes artistes d’exception ont pris d’assaut la scène du Théâtre Maisonneuve pour la Grande Première des futures étoiles. Depuis 2011, ce rendez-vous annuel est aussi la principale activité de financement de la Fondation de la Place des Arts. Retour sur un spectacle sous le signe du métissage.

 

La Grande Première des futures étoiles a permis d’amasser 600 000 $ net cette année, une somme essentielle pour le financement des activités du Programme d’accessibilité aux arts de la scène de la Place des Arts, selon Clothilde Cardinal, directrice de la programmation de la Place des Arts. « D’autres types d’événements, comme un bal, pourraient être organisés, dit-elle, mais la Fondation préfère produire un spectacle pour montrer aux invités le talent d’artistes de la relève ainsi que des artistes qu’elle soutient par le biais d’une résidence ou d’une aide financière. »

 

L’édition 2018 du spectacle a été présentée devant près de 1 000 personnes, dont 400 jeunes et nouveaux arrivants invités gratuitement dans le cadre du volet Collectivité de l’événement. « Pour plusieurs d’entre eux, ajoute Clothilde Cardinal, c’était la première fois qu’ils voyaient un spectacle sur une scène de prestige au Québec… »

 

« Mélanges atypiques » au programme

 

Si chacune des éditions de la Grande Première des futures étoiles est unique, l’intention n’en demeure pas moins la même selon Clothilde Cardinal : rassembler, lors d’un spectacle d’envergure, des artistes « dont on va entendre parler demain ».

 

Chaque année, la direction artistique de la soirée est signée par une personnalité ; Gregory Charles, Angèle Dubeau ou encore Alain Trudel ont su insuffler leur vision aux éditions précédentes. En 2018, la tâche a été confiée à Philippe Fehmiu, animateur à ICI Musique, qui a voulu offrir un spectacle sous le signe du métissage.

 

« Ma vision, explique-t-il, c’était de mélanger le plus possible différentes formes d’art pour obtenir une programmation singulière, dans l’air du temps. »

 

Dans sa proposition, la thématique du métissage s’est déclinée d’étonnante façon. « Je m’intéresse beaucoup à la poésie autochtone, donne en exemple Philippe Fehmiu. Alors, j’ai voulu l’enrober avec une musique nouvelle : j’ai demandé à King Abid, Révélation Radio-Canada en musique du monde 2017-2018, de remixer à sa façon la musique accompagnant la lecture de poèmes autochtones. Quand j’entends Marie-André Gill nous lire sa poésie ilnue, soutenue par la Gnossienne no1 d’Erik Satie légèrement arabisée… c’est un monde dans lequel je veux vivre ! »

 

Les spectateurs de la Grande Première des futures étoiles ont aussi pu entendre, entre autres, le flûtiste Benjamin Morency, la violoniste Abby Walsh, les pianistes Zhan Hong Xiao et George Hua. Ils ont également eu droit à une performance de waacking de la compagnie Asymmetry et de sa directrice artistique Axelle Munezero, une figure marquante de la danse urbaine à Montréal qui a bénéficié avec son organisme 100LUX d’une résidence à la Place des Arts au cours des quatre dernières années. « Les gens m’ont dit qu’ils avaient été soufflés par la force du métissage. Je voulais que ce spectacle soit sous le signe de la diversité artistique et culturelle, je crois que le pari est réussi ! », dit Philippe Fehmiu, ravi de son expérience.

 

Une recette gagnante

 

Les fonds recueillis par la Fondation pèsent lourd dans le financement du Programme d’accessibilité aux arts de la scène, qui s’articule autour de quatre volets : Animation culturelle (activités qui s’adressent aux communautés culturelles, aux citoyens), Famille/jeunesse (familles et enfants de 3 à 8 ans), Éducation (adolescents, enseignants, artistes-médiateurs) et Résidences et coproductions (créateurs).

 

« Et dès cet automne, annonce Clothilde Cardinal, on ajoutera un nouveau volet au programme, pour les clientèles ayant des besoins particuliers, incluant des problèmes de santé et d’exclusion sociale. »

 

En ce qui concerne la Grande Première des futures étoiles, la Fondation travaille déjà à l’édition 2019, qui devrait s’inscrire dans la continuité des éditions précédentes. « Ce spectacle est à l’image de la Place des Arts, dit Clothilde Cardinal. Son ADN, ce sont les arts de la scène : il y a de l’opéra, du chant, mais aussi du théâtre de création... Présenter cette diversité, c’est vraiment l’idée derrière la Grande Première des futures étoiles. »

Go to top