Coronavirus (Covid-19)

La Place des Arts suspend la tenue de spectacles et d'activités publiques jusqu'à nouvel ordre. Voir les dernières mises à jour

En résidence à la Place des Arts : Kid Koala
Crédit photo : Frédéric Faddoul
Crédit photo : Frédéric Faddoul
Maryse Boyce - 18 novembre 2019

En résidence à la Place des Arts : Kid Koala

Trois ans après avoir présenté en nos murs Nufonia Must Fall, le musicien, compositeur et réalisateur Kid Koala est de retour avec The Storyville Mosquito, qui prendra l’affiche en première mondiale à la Cinquième Salle dès le 27 novembre. Dans cette expérience de cinéma d’animation en direct, le jeu des marionnettes, l’interprétation de la musique, la captation vidéo et le montage se déroulent devant les spectateurs, qui ont ainsi accès à la fois au produit fini et aux coulisses.

 

Nous avons rencontré l’équipe de création au cours d’une résidence artistique à la Place des Arts où elle s’affairait aux derniers préparatifs du spectacle, une dizaine de jours avant la première.

 

Comment est née l’idée de The Storyville Mosquito ?

 

Kid Koala (idéateur et réalisateur) : L’idée du spectacle m’est venue en 2004, peu de temps après la publication du livre Nufonia Must Fall. J’avais beaucoup aimé le processus d’écriture de ce roman graphique, donc je me suis lancé dans ce nouveau projet sans plus attendre.

 

Qu’avez-vous voulu explorer avec ce spectacle ?

 

Kid Koala : Le spectacle suit un moustique qui quitte sa campagne natale pour la grande ville afin de devenir musicien au Sid Villa, une salle de spectacles légendaire. On assiste à sa quête, mais on traite aussi du sentiment de communauté et du partage de passions, comme la musique.

 

Nous formons une équipe de 15 personnes incluant un directeur photo, des marionnettistes, des musiciens et moi-même au piano, aux tourne-disques et aux percussions. Ensemble, nous créons un film en direct sur la scène, avec cinq caméras, une vingtaine de décors et 60 marionnettes.

 

©Frédéric Faddoul

 

Le projet comporte une pléiade de défis. Quel est le plus important auquel vous avez fait face depuis le début de la préproduction ?

 

Kid Koala : Notre équipe rassemble des artistes incroyables, donc relever des défis est l’une de nos forces. Nous adorons repousser nos limites et voir jusqu’où nous pouvons mener ce format de concert. Notre spectacle précédent, Nufonia Must Fall, entame sa septième année de tournée et nous continuons de le peaufiner de ville en ville. C’est avec ces années d’expérience en poche que nous commençons The Storyville Mosquito.

 

AJ Korkidakis (directeur photo) : Nous essayons de raconter cette histoire comme un film, et la magie survient parce que ce film se construit en direct, devant le public. Mais quand on tourne un film, on peut réaliser une vingtaine de prises et changer de lieux de tournage, alors que notre équipe concrétise le tout en une seule prise. C’est un énorme défi.

 

Patrick Martel (création des marionnettes) : Il faut aussi prévoir comment passer d’une scène à l’autre. Au moment de finir une scène, la suivante doit être prête. Comme le montage se fait en direct, nous coupons le plan sans pause, en passant directement à l’autre plan qui est préparé. 

 

Corinne Merrell (directrice artistique) : Le spectacle doit être conçu précisément pour la tournée. Tous les décors doivent pouvoir se démonter rapidement et facilement.

 

Notre spectacle précédent, Nufonia Must Fall, entame sa septième année de tournée et nous continuons de le peaufiner de ville en ville. C’est avec ces années d’expérience en poche que nous commençons The Storyville Mosquito.

 

©Frédéric Faddoul

 

À travers chacune de vos créations, vous désirez l’émerveillement de votre public. Comment souhaitez-vous y parvenir dans ce projet-ci ?

 

Kid Koala : Nous donnons au public la liberté de choisir : si les gens veulent voir comment nous travaillons, ils peuvent le comprendre tout de suite. Ils ont accès au processus et au produit fini en même temps. C’est une expérience interactive excitante.

 

Corinne Merrell : Voir tous les éléments se rassembler comme une danse pour créer des images, autant l’éclairage que les mouvements de caméra, la musique et les marionnettes, c’est là que la magie se trouve pour moi.

 

©Frédéric Faddoul

 

Vous êtes en résidence à la Place des Arts, qui coproduit le spectacle, pour les trois semaines qui précèdent la première. Qu’est-ce que cette résidence artistique vous permet ?

 

Kid Koala : Ces derniers mois, nous étions divisés en plus petites équipes pour les décors, les marionnettes, la musique et l’éclairage. Réunir l’équipe entière pour jouer, mettre nos idées en application, voir ce qui fonctionne et ce qui doit être modifié, c’est vraiment formidable !

 

AJ Korkidakis : Le lieu est immense et nous pouvons l’utiliser comme nous le voulons. Nous avons travaillé fort sur le spectacle avant d’arriver ici, mais nous manquions d’espace pour déployer le spectacle et le tester. Rassembler l’équipe et tous les éléments du spectacle nous permet de nous amuser, de nous concentrer et de créer.

 

Kid Koala : Nous nous sentons très productifs ! Tout le plaisir que nous avons en ce moment ne sera détrôné que par le plaisir encore plus grand d’avoir un public avec qui partager le spectacle.

 

The Storyville Mosquito, de Kid Koala, est présenté du 27 novembre au 8 décembre 2019 à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

 

La direction photo

 

 

L'histoire

 

Les marionnettes et les décors

 

Go to top