Coronavirus (Covid-19)

Masks are no longer required in our performance halls and public spaces. Wearing a mask is optional and the choice remains at the discretion of the individual. See details

Angèle Dubeau
Photo credit : Laurence Labat
Photo credit : Laurence Labat
Maryse Boyce - April 14, 2022

Angèle Dubeau et La Pietà : 25 ans d’excellence au féminin

La violoniste Angèle Dubeau et La Pietà occuperont la scène de la Maison symphonique au cours de deux rendez-vous avec le public montréalais afin de souligner les 25 ans d’existence de l’ensemble à cordes. Rencontre avec la maestria pour discuter de musique au féminin, de l’importance d’avoir des modèles et des célébrations d’un quart de siècle sous le signe de l’excellence. 

  

Mieux vaut ne pas comparer sa productivité à celle d’Angèle Dubeau pour conserver une estime de soi intacte : la musicienne a fait paraître en février son 46e album en 45 ans de carrière. Si ce rythme semble insoutenable à première vue, c’est pourtant le seul qui convient à cette femme énergique dont l’esprit façonne des projets à vitesse grand V. Pas d’exception à la règle pendant la pandémie de COVID-19, avec beaucoup de temps libre à l’horaire et un désir de continuer à partager son amour de la musique par l’enregistrement. « Ces projets m’ont tenue : j’en avais besoin, c’étaient mes bouées. »  

  

Ainsi, trois albums auront pris vie pendant ces deux années de confinement : Immersion, paru en février 2021, Elle, qui vient de voir le jour, puis un troisième, qui sortira à l’automne, « complètement différent des autres ».  

  

Tailler sa place, un coup d’archet à la fois 

Le parcours d’Angèle Dubeau la place comme témoin privilégiée des avancées menées par les femmes en musique, depuis la première fois qu’elle a touché un violon il y a 56 ans – à l’âge de 4 ans. « Je me souviens, adolescente, d’avoir cherché des femmes qui avaient fait ou faisaient carrière, et elles se comptaient sur les doigts d’une main. Ma génération de femmes a commencé à amener un plus grand nombre de solistes. » Elle se rappelle avoir trinqué avec ses consœurs lors de la nomination de la première musicienne à l’Orchestre philharmonique de Berlin, alors qu’elle étudiait à The Juilliard School of Music, à New York, avant de se perfectionner en Roumanie au début des années 1980. 

  

Dans ce contexte, La Pietà a suscité beaucoup de curiosité – et une certaine incrédulité – lors de sa formation il y a 25 ans. « Quand j’ai pensé à cet orchestre de femmes, évidemment c’était aussi un petit pied de nez que je faisais », se remémore-t-elle. Sa simple existence, couplée à la rigueur et au plaisir qui caractérisent chacune de ses performances, « a changé la perspective du public à propos de la femme musicienne ». « Nous avons encouragé beaucoup de femmes à le devenir », affirme la virtuose. 

  

À preuve, la violoniste Josiane Breault, qui dès l’âge de 5 ans envoyait des dessins à Angèle Dubeau et lui exprimait son rêve d’un jour occuper la scène avec elle. Depuis maintenant 18 ans, elle fait partie de La Pietà. 

  

Mettre les femmes en lumière 

Pour souligner le quart de siècle d’activité de son ensemble exclusivement féminin, l’idée « d’arriver avec un album pensé, conçu, joué et composé uniquement par des femmes » lui est apparue comme une évidence.  

  

Angèle Dubeau s’est donc lancée dans des recherches exhaustives pour dénicher la crème des compositrices contemporaines, comme la pionnière allemande Hildegard von Bingen, qui a vécu dans les années 1100. 

  

Parmi elles, la violoniste parle avec beaucoup d’enthousiasme de l’Australienne Elena Kats-Chernin, dont deux pièces font partie de l’opus. « Il y avait tellement de choses que je voulais jouer d’elle ! » Elle ne tarit pas non plus d’éloges pour Rebecca Dale, jeune compositrice du Royaume-Uni qui travaille notamment avec la BBC. Celle-ci figure parmi les découvertes les plus marquantes d’Angèle Dubeau des dernières années. Des louanges qui en disent long, quand on pense à l’impressionnant répertoire exploré par l’ensemble depuis ses débuts, de Philip Glass à Arvo Pärt, en passant par la musique de jeux vidéo, Ludovico Einaudi et Jean-Michel Blais. 

  

Boucler la boucle 

En plus de l’album Elle, Mme Dubeau caressait le projet de « ramener La Pietà à La Pietà de Venise », soit l’orphelinat doublé d’une église où Antonio Vivaldi a composé la majorité de son œuvre.  

  

Le rêve s’est concrétisé en mars dernier, lors de deux concerts mémorables où le Stradivarius d’Angèle Dubeau n’a jamais aussi bien sonné. « L’acoustique était extraordinaire », confirme la violoniste, de la lumière plein la voix. Pour cet orchestre à cordes féminin rassemblé d’abord pour un enregistrement de certaines pièces de Vivaldi, ces concerts constituaient un retour aux sources chargé d’une puissance émotive toute particulière. 

  

Après cette visite au berceau symbolique de La Pietà, les musiciennes sont ravies de poursuivre les célébrations à Montréal. « Je suis fébrile de retrouver la Maison symphonique : c’est une salle que j’adore pour son acoustique, mais aussi pour sa chaleur. » 

  

Les billets pour le 26 avril s’étant envolés rapidement, une supplémentaire a été ajoutée le 13 mai, ce qui réjouit la violoniste. « Je sais qu’en montant sur scène, il y aura une énergie extraordinaire. Depuis qu’on a recommencé à faire des concerts, je le vois : le public a besoin de faire colorer sa vie par les arts. »  

 

Angèle Dubeau & La Pietà présentent ELLE : Concert 25e anniversaire les 26 avril et 13 mai prochains à la Maison symphonique.

Go to top