Coronavirus (Covid-19)

La Place des Arts suspend la tenue de spectacles et d'activités publiques jusqu'à nouvel ordre. Voir les dernières mises à jour

Piano public

Esplanade de la Place des Arts Le 15 août 2019

Le piano public de la Place des Art, peint par l’artiste Eruoma Awashish, est maintenant installé sous le toit du Théâtre Maisonneuve sur l'Esplanade de la Place des Arts. Il est disponible au public de la mi-mai à la mi-octobre, en fonction de la température.

Biographie
Eruoma Awashish est détentrice d’un baccalauréat en art interdisciplinaire de l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle a récemment participé à la Biennale d’art contemporain autochtone (BACA) et présenté à l’hiver 2017-2018 une installation au Musée des beaux-arts de Montréal.

Sa démarche artistique vise à créer des espaces de dialogues et ainsi faciliter la compréhension de la culture des Premieres Nations. Ayant vécue dans la communauté d’Opitciwan, de Wemotaci et de Mashteuiatsh, Eruoma a une grande appartenance à sa culture autochtone. Son travail parle de métissage et de métamorphose. La souffrance et la blessure sont des thèmes qu’elle aborde souvent, car selon elle, la souffrance peut devenir un passage vers la transformation et le dépassement de soi. Son travail est empreint de spiritualité, de symbolisme et de syncrétisme. Elle s’approprie et détourne des symboles faisant référence à la religion catholique. C’est pour elle une façon de se réapproprier sa propre spiritualité. « C’est en écartant la doctrine et tout le côté institutionnel des religions que la vraie spiritualité émerge. » Par ces symboles qui s’entrecroisent et s’entrechoquent, ses œuvres parlent à la fois de contraste et de métissage, de dualité et d’équilibre, de souffrance et sérénité, de blessures et de guérisons…

« Une Culture qui survit au fil des siècles, c’est une culture qui s’adapte et évolue. La culture des Premières Nations est une culture forte, car elle ne s’est jamais laissée complètement absorber par la culture dominante, et ce malgré les tentatives d’assimilation, notre culture subsiste et évolue. Elle se métamorphose… »


- Eruoma Awashish

Détails

Go to top