Danse

Les Quatre Saisons - Programme double

Salle Wilfrid-Pelletier Plusieurs dates disponibles

L’automne s’entame au son des Quatre Saisons du grand Vivaldi et de la Symphonie Nᵒ 7 de Beethoven! À travers ces pièces lumineuses, les chorégraphes Mauro Bigonzetti et Uwe Sholz osent l’impossible et relèvent l’énorme pari d’exprimer quelque chose de nouveau à travers ces célébrissimes musiques classiques. Mauro Bigonzetti laisse ainsi jaillir les saisons intérieures de l’Homme, ses états d’âme, ses revirements. D'autre part, Uwe Scholz signe l’une de ses œuvres maîtresses sur un classique qualifié d’« apothéose de la danse » par Richard Wagner. D’une musicalité remarquable, ces ballets sur pointes, ciselés comme un diamant, emportent tout sur leur passage. Un concert de danse mémorable!

Structurée en quatre mouvements qui forment une succession de couleurs et de rythmes différents, la Symphonie N 7 de Beethoven fut présentée la première fois en 1813 durant la terrible période des guerres napoléoniennes. Nommée par Richard Wargner comme « l’apothéose de la danse », Symphonie N7, d’inspiration dionysiaque, fascine à la fois par son classicisme rigoureux et son énergie. Le chorégraphe allemand Uwe Scholz (1958-2004), qui était directeur de la danse à l’Opéra de Leipzig, se plaisait à créer sur de grandes œuvres symphoniques. Il a signé, durant sa courte vie, une centaine de chorégraphies pour de grandes compagnies européennes. D’une grande complexité, son adaptation chorégraphique de la Septième, créée à l’origine pour le Ballet de Stuttgart, est considérée comme son œuvre maîtresse. Elle témoigne de sa finesse, de son inventivité et de son exceptionnelle musicalité. L’œuvre fait maintenant partie du répertoire des Grands Ballets.

Créé en mai 2007 pour Les Grands Ballets Canadiens de Montréal, le deuxième volet de ce programme double, les Quatre Saisons, est dansé sur les quatre concertos pour violon et orchestre de Vivaldi, chacun peignant une saison et se divisant en trois mouvements : Allegro - Adagio (ou Largo) - Allegro (ou Presto). En s’appropriant ce tube planétaire, le chorégraphe romain crée un ballet contemporain intégrant un travail ardu sur pointes, et inventant un univers à part entière. Il explore les différentes facettes et les pulsions intérieures de l’être humain. Les corps des danseurs deviennent un véritable instrument qui se lie et se délie. Les danseurs déploient une gestuelle bouillonnante et une théâtralité traversée d’humour, de joie et de désir. L’impact charnel est débordant : les corps se charment, s’épousent, s’embrassent, et se repoussent avec impertinence.

Détails

Tarifs et horaires

Vidéo

 

Go to top