Coronavirus (Covid-19)

Suite aux recommandations de la Santé publique, les spectacles et activités publiques prévus jusqu’au 23 novembre prochain sont annulés ou reportés. Au-delà de cette date, la Place des Arts devrait pouvoir accueillir jusqu'à 250 personnes. Voir les dernières mises à jour

Les arts de la scène et la COVID-19 : quels futurs? Partie 1 – en webdiffusion

Webdiffusion Le 22 octobre 2020

Échange d'idées, discussion vivante, intervenants issus de diverses sphères sociales et culturelles : durant Les conversations Place des Arts, des invités chevronnés partagent leur point de vue sur des thèmes de fond dont traitent les différents spectacles et activités au programme à la Place des Arts et qui résonnent à l’échelle de la société.

Frappé de plein fouet par la pandémie de COVID-19, le milieu des arts de la scène a été grandement ébranlé depuis la mi-mars 2020. La mobilisation sans précédent du milieu qui s’en est suivie aura assurément des répercussions sur les créations futures et les attentes des publics. Quels effets à long terme cela aura sur notre manière d’aborder la culture? Quelles perspectives pour les différentes disciplines artistiques peut-on envisager?

Une discussion autour du thème Les arts de la scène et la COVID 19 : quels futurs? sera animée par Émilie Perreault et abordera les aspects propres aux différents secteurs avec le directeur général des 7 Doigts, Nassib El Husseini, la directrice générale de l'École nationale de l'humour, Louise Richer, le codirecteur artistique de la compagnie Duceppe, David Laurin, et le directeur général des festivals de l’Équipe Spectra, Jacques Primeau.

Détails

 

 

Biographies

Nassib El-Husseini - Explorer les horizons de la créativité humaine, dans toute sa complexité. C’est à partir de cette idée que se dessine le parcours de Nassib El-Husseini, homme passionné et engagé.

Nassib quitte son Liban natal à la fin des années 80 pour devenir tour à tour conseiller et bénévole auprès d’agences gouvernementales et non gouvernementales québécoises, canadiennes et internationales. Après avoir étudié en administration et relations internationales à l’Université Américaine de Beyrouth, il obtient un doctorat en science politique de l’UQAM en 1996, et publie L’Occident Imaginaire aux éditions du PUQ en 1998. Le parcours de Nassib El-Husseini prend un tournant majeur en 2003, année où sa route croise celle de sept artistes déterminés à apposer leur marque dans le monde du cirque moderne. Leur premier spectacle monté, la troupe n’a plus besoin que de l’apport d’un homme aux idées claires pour partir à la conquête du monde. Nassib met ainsi son expérience et sa passion de l’art et de l’innovation au service d’une troupe alors naissante qui deviendra l’un des fleurons du cirque contemporain.

Devenu directeur général de la compagnie, il contribue à exporter sa vision résolument avant-gardiste, innovante et tournée vers l’exploration des possibles. Mus par ces idées, Les 7 Doigts deviendront un acteur majeur de la scène artistique montréalaise.

Nassib El-Husseini est également Président du conseil d’administration de CINARS (Conférence internationale des arts de la scène) et a été membre du Conseil d’administration du Conseil des arts de Montréal de 2012 à 2018 ainsi que du comité organisateur du Canadian Arts Summit 2019. Il siège actuellement sur les conseils d’administration de l’École nationale de théâtre du Canada, de la Société des arts technologiques et du Partenariat du Quartier des spectacles.

En 2013, il reçoit le Prix Reconnaissance de l’UQÀM soulignant son parcours exceptionnel. En 2014, il est le récipiendaire du Prix Artistes pour la Paix au nom des 7 Doigts. En 2019, Nassib obtient le Prix du Gestionnaire Culturel de la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi Marcoux de HEC Montréal et est nommé Chevalier de l’Ordre de Montréal.
Louise Richer est directrice générale fondatrice de l’École nationale de l’humour, la première école du genre au monde. L’institution qu’elle a créée en 1988, aujourd’hui reconnue internationalement, est considérée comme un pilier de l’écosystème culturel québécois. Porte-parole avérée et figure emblématique du milieu de l’humour, Louise Richer stimule les discussions sur la place et le rôle de l’humour dans la société en créant l’Observatoire de l’humour en 2011.

En parallèle de son implication à l’ÉNH, Louise Richer a signé plus de 25 mises en scène dont plusieurs au Festival Juste pour rire et pour les Galas Les Olivier qui honorent annuellement les plus importants artisans en humour. Elle a aussi agi comme producteur au contenu pour de grands événements télévisés.

Elle a reçu en mai 2016 l’Ordre du Canada « pour sa contribution à l’épanouissement et à la diffusion des arts du spectacle en tant que directrice de l’École nationale de l’humour ». Elle a complété en février 2016 le EMBA McGill – HEC Montréal, Elle a rédigé le premier mémoire au Québec portant sur la place de l’humour en entreprise. Elle est de plus lauréate du mercure Leadership Germaine-Gibara remis au gala Les Mercuriades 2015. En 2019, elle a reçu le Prix Reconnaissance François-Macerola décerné par ComediHa-Québécor pour sa contribution exceptionnelle au milieu de l’humour.
Diplômé de l’École de théâtre du Collège Lionel-Groulx en 2005, David Laurin est comédien et traducteur. Depuis avril 2017, il est codirecteur artistique chez DUCEPPE, aux côtés de Jean-Simon Traversy.

David Laurin a traduit plus d’une vingtaine de pièces de théâtre dont Ceux que l’on porte de Andrew Dainoff, Les marches du pouvoir de Beau Willimon, L’obsession de la beauté de Neil LaBute, L’absence de guerre de David Hare, Les flâneurs célestes de Annie Baker, Scotstown de Fabien Cloutier et Constellations de Nick Payne. Chez DUCEPPE, il a traduit les pièces Ils étaient tous mes fils d’Arthur Miller en 2015 et Oslo de J.T. Rogers, pièce acclamée par la critique et le public l’automne dernier. On lui doit également la traduction de quelques romans, biographies, séries télévisées et jeux vidéo.

Comme acteur, il fait ses premières armes dans Antoine et Cléopâtre au TNM, avant de participer à une trentaine de pièces, dont Les Misérables, L’obsession de la beauté, Mika l’enfant pleureur, Le Cid, Le blues d’la métropole, Le Petit Roy et Tribus. Sur la scène du Théâtre Jean-Duceppe, on l’a applaudi alors qu’il interprétait Gabriel Law dans la pièce Quand la pluie s’arrêtera en 2017. Il collabore aussi aux productions Un peu de tendresse, bordel de merde ! et La pornographie des âmes du chorégraphe Dave St-Pierre.

Au petit écran, il incarne le jeune Jean Duceppe dans la série éponyme, en plus de faire des apparitions dans Minuit le soir, Virginie, Les hauts et les bas de Sophie Paquin, Le cœur a ses raisons, Toute la vérité et Lâcher prise. Il décroche son premier rôle au cinéma dans le film À vos marques party ! 2.

En 2009, avec le désir d’établir un pont avec la dramaturgie anglo-saxonne émergente, il cofonde LAB87 avec Mathieu Quesnel, François-Simon Poirier et Jean-Simon Traversy. La compagnie a notamment présenté les pièces L’obsession de la beauté, Les flâneurs célestes, Tribus, L’amour est un dumpling, Quand la pluie s’arrêtera, Il faudra bien qu’un jour et Toutes les choses parfaites. Ces deux dernières pièces seront reprises dans le cadre des 5 à 7 DUCEPPE au printemps et à l’automne 2019.
Crédit photo : Nathalie St-Pierre
Visionnaire, fonceur et rassembleur, le producteur et gérant d’artistes Jacques Primeau est, depuis plus de trente ans, un pilier de la scène culturelle québécoise. En carrière, ses artistes en gérance ont remporté 7 Gémeaux Immortels, 69 Gémeaux, 28 Félix, 12 Métrostar/Artis, 3 Jutra, 1 Juno et 8 Olivier (dont 1 hommage).

Né à Rosemont, Jacques Primeau aspire à une carrière de journaliste; c’est pourquoi il entreprend des études en communication à l’Université du Québec à Montréal après avoir obtenu un DEC en Sciences sociales au Collège de Maisonneuve. Très engagé dans son milieu, Jacques Primeau a siégé au conseil d’administration de l’École nationale de l’humour; il a également été président de la Coalition des arts de la scène ainsi que président de l’Adisq. C’est à ce titre qu’il initie et porte l’idée du « Quartier des spectacles » au Sommet de Montréal 2002. Un an plus tard, il est nommé vice-président du Partenariat du Quartier des spectacles jusqu’en 2012 où il est nommé président du Conseil d’Administration.

En février 2020, Jacques Primeau succède à Jacques-André Dupont à la direction des festivals de l’Équipe Spectra.
0/0

 

Go to top