Conférence

Art inclusif : Modèles et pratiques au Québec et en Écosse

Espace culturel Georges-Émile-Lapalme Le 18 avril 2020

Échange d'idées, discussion vivante, intervenants issus de diverses sphères sociales et culturelles : durant Les conversations Place des Arts, des invités chevronnés partagent leur point de vue sur des thèmes de fond dont traitent les différents spectacles et activités au programme à la Place des Arts et qui résonnent à l’échelle de la société.

Des organismes et des intervenants du milieu artistique professionnel consacrent leur pratique à des projets intégrant des personnes vivant avec des besoins particuliers. Ayant à cœur l’équité humaine, ils œuvrent à favoriser l’inclusion de ces personnes aux arts, à la création professionnelle mais aussi à leur intégration aux différentes sphères de la vie quotidienne. Quels sont les bienfaits de ces initiatives pour les participants et pour la société? Quels moyens prendre pour sensibiliser davantage le public à ces réalités, changer les perceptions et ainsi dissiper le malaise? À l’occasion du Printemps écossais de la Place des Arts et de la présentation de Four go wild in wellies de la compagnie écossaise Indepen-dance, la Place des Arts propose de réfléchir à ces questions et mettre en lumière des pratiques et des modèles existant au Québec et en Écosse.

Détails

  • Producteur / Diffuseur : Les rendez-vous Place des Arts
  • Salle : Espace culturel Georges-Émile-Lapalme
  • Animé par Marco Pronovost en présence de : France Geoffroy - pionnière de la danse intégrée au Québec, Karen Anderson - directrice artistique de Indepen dance d'Écosse, ainsi que Jean Horvais - professeur au département éducation et formation spécialisées de l'UQAM
Cette activité est présentée grâce au soutien financier de la
Fondation de la Place des Arts

Tarifs et horaires

Biographies

Marco Pronovost - Nommé en 2017 l’un des cinq Jeunes innovateurs culturels canadiens par le Conseil des Arts du Canada, Marco Pronovost est un artiste-médiateur dont le travail se qualifie d’art social. Chorégraphe, metteur en scène et chercheur, il explore dans ses œuvres la relation avec le public et remet en question le quatrième mur. Marco est Fellow du Global Salzburg Seminar, en Autriche, et manifeste d’ailleurs son intérêt envers l’art social dans d’autres sphères professionnelles : commissaire, médiateur, consultant, formateur, conférencier et auteur, il fait partie des rares spécialistes qui abordent les questions de médiation culturelle et d’engagement des publics à la fois comme artiste et comme théoricien.
France Goeffroy - Pionnière de la danse intégrée au Québec, France Geoffroy a cofondé en 2000 Corpuscule Danse, compagnie au sein de laquelle elle assure la direction générale et artistique. Elle enseigne et crée des spectacles avec des enfants et des adultes, intervient également comme interprète, consultante et conférencière. Depuis ces débuts en 1994, Geoffroy a mené une carrière riche et éclectique, elle a dansé entre autres pour les chorégraphes : Johanne Madore, Estelle Clareton, John Ottmann, Hélène Langevin, Benoit Lachambre, Harold Rhéaume, Chantal Lamirande et les chorégraphes britanniques Jemima Hoadley et Kuldip Singh-Barmi (Candoco).

Sa démarche artistique est centrée sur l’esthétique et les possibilités de mouvance du corps atypique, en utilisant les contraintes physiques comme donnée de départ mais sans s’arrêter à elle. C’est pourquoi danser et faire danser demeure sa priorité. Elle a tant fait pour démontrer qu’une danseuse en fauteuil roulant est avant tout… une danseuse. Les dernières années, France Geoffroy a vu sa vision artistique, sa persévérance et son engagement récompensés de plusieurs distinctions : Prix À Part Entière Office des Personnes Handicapées du Québec 2016, Prix du Gouverneur générale, Division Civile 2017, Prix Michael J. Fox, Conseil des Arts du Canada 2018, Prix Envol du Conseil des Arts de Montréal 2019. Ces honneurs témoignent de changements de mœurs importantes face à la perception du handicap en art. Maintenant, les personnes handicapées peuvent rêver et agir sur leur désir d’être artiste, désir qui a toujours été légitime, mais qui devient une voie d’expression en accord avec l’actualité, ICI et MAINTENANT.
Jean Horvais est professeur au département éducation et formation spécialisées de l'UQAM depuis 2012. Auparavant, il enseignait en France dans un établissement pour enfants et adolescents vivant avec une déficience intellectuelle, ce qui l'a conduit à la recherche en éducation concernant ce public handicapé dans une perspective d'éducation inclusive valorisant l'expression de la diversité des talents et des goûts artistiques de ces personnes.
0/0

 

Go to top