Les années de pèlerinage (1996) et Eironos (1996)
Nicolas Mavrikakis - 12 janvier 2018

Les années de pèlerinage (1996) et Eironos (1996) - Jean-Pierre Perreault et Sofi Dagenais

Credit photo : Caroline Bergeron

 

Est-il besoin de présenter Jean-Pierre Perreault ? En tant que jeune danseur, il fit partie du Groupe de la Place Royale dès sa fondation par Jeanne Renaud et Peter Boneham en 1966. Il codirigera d’ailleurs cette troupe et son école à partir de 1971, puis il fondera sa propre compagnie en 1984. Parmi ses chorégraphies les plus célèbres, l’histoire de la danse retiendra certainement Joe (1983), œuvre sombre qui soulignait comment il est difficile pour les individus de se distancier de la masse.

 

Le travail créatif de Perreault a toujours combiné différentes formes d’art. Pour ses œuvres, il signait d’ailleurs lui-même la chorégraphie, la scénographie, les éclairages, les costumes, et même d’une certaine façon la structure musicale, à travers des sons produits par la rythmique des pas des danseurs. Les arts visuels jouaient aussi un grand rôle dans son processus de création. Pour chacune de ses chorégraphies, Perreault couvrait d’ailleurs un nombre impressionnant de cahiers de dessins. Comme l’avait écrit Mathieu Albert en 1991 dans la revue ETC : « À partir du début des années quatre-vingt [et de Joe], Perreault cesse graduellement de se percevoir comme un chorégraphe au sens coutumier du terme (celui qui génère la danse), et développe une attitude devant la création qui rejoint les problématiques propres à l’univers des arts visuels ».

 

Credit photo : Caroline Bergeron

 

À travers les liens qu’il tissait entre toutes ces formes d’art et en utilisant en particulier le dessin comme outil de composition (en amont de la chorégraphie), Perreault voulait développer une atmosphère totale, des lieux dramatiques, un espace d’évolution global qui donnait le ton aux univers occupés par ses danseurs. Perreault allait jusqu’à dire que ces lieux « sont les créateurs des êtres qui les habitent ».

 

« À partir du début des années quatre-vingt [et de Joe], Perreault cesse graduellement de se percevoir comme un chorégraphe au sens coutumier du terme [...] et développe une attitude devant la création qui rejoint les problématiques propres à l’univers des arts visuels ».

 

Nous pouvons voir un élément de décors pour la chorégraphie Les années de pèlerinage et un autre élaboré pour Eironos, peintures scéniques réalisées en collaboration avec Sofi Dagenais, artiste qui se consacre de nos jours à la production de dessins animés. La Place des Arts est aussi la dépositaire de 37 autres scénographies de Perreault.

 

Les années de pèlerinage (1996)
et Eironos (1996)
Jean-Pierre Perreault (1947-2002)
et Sofi Dagenais (1968- )
Oeuvres respectivement placées dans le foyer de la mezzanine et dans le hall d’entrée du Théâtre Maisonneuve

Oeuvres prêtées par la Fondation Jean-Pierre Perreault

Go to top