Le combat de Martin Luther King en 7 chansons
Philippe Couture - 21 janvier 2019

Le combat de Martin Luther King en 7 chansons

« I have a dream… » Dans son mythique discours du 28 août 1963, Martin Luther King rêvait d’une nation américaine débarrassée du racisme qui la divisait. Un demi-siècle plus tard, son message continue de résonner. Il a inspiré au fil du temps de nombreux artistes épris de pacifisme et d’égalité. Regard sur les compositions qui ont rendu éloge en musique au combat de Martin Luther King.

 

Jamais Martin Luther King, pasteur baptiste que son action a érigé en puissant symbole de la lutte contre les discriminations raciales, n’a prôné un militantisme agressif. « Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant à la coupe de l’amertume et de la haine », disait-il aux foules venues écouter sa parole inspirante. Cet état d’esprit, un mélange bien dosé de ferveur et de non-violence, traverse les chansons écrites au fil des décennies par des artistes voulant magnifier sa parole et raconter son combat.

 

Nina Simone — « Why (The King of Love is Dead) »

 

Inquiète pour le sort de ses compatriotes afro-américains, Nina Simone a composé une chanson en l’honneur de Martin Luther King en 1968, quelques jours seulement après l’assassinat du pasteur. Dans « Why », sa voix prend des colorations mélancoliques pour accompagner une mélodie délicate au piano. « Will my country fall, stand or fall? / Is it too late for us all? / And did Martin Luther King just die in vain? », chante-t-elle. C’est-à-dire : « Mon pays tombera-t-il, tombera-t-il ou se tiendra-t-il debout ? / Est-il trop tard pour nous tous ? / Et Martin Luther King est-il mort en vain ? »

 

 

 

Stevie Wonder – « Happy Birthday »

 

En 1980, Stevie Wonder choisit de saluer la mémoire de Luther King par une chanson joyeuse portée par des envolées festives au synthétiseur. S’il entonne « Joyeux anniversaire », c’est pour appuyer le projet de faire de la date de naissance du pasteur, le 15 janvier, une fête nationale.

 

En novembre 1983, ce souhait devient réalité : Ronald Reagan paraphe la loi qui fait du troisième lundi de janvier un jour férié aux États-Unis, en l’honneur du célèbre militant.

 

 

 

U2 – « Pride (In the Name of Love) » et « MLK »

 

Si Martin Luther King n’est jamais explicitement nommé dans la chanson « Pride (In the Name of Love) », il n’y a aucun doute sur la personne. Faisant référence au matin du 4 avril 1968, date de l’assassinat de l’activiste, la chanson de U2 évoque un jour sombre pour l’Amérique et un combat à poursuivre dignement. Débutant par un puissant riff de guitare qui a marqué l’histoire du rock, la chanson exacerbe le pacifisme d’un combat mené « au nom de l’amour ».

 

Bono, célèbre leader de U2, ne s’est toutefois pas arrêté là. L’album The Unforgettable Fire (1984), sur lequel figure « Pride (In the Name of Love) », contient aussi la chanson « MLK », dont les paroles s’adressent directement au défunt : « Sleep / Sleep tonight / And may your dreams / Be realized » (« Dors / Dors cette nuit / Et que tes rêves / Se réalisent »), chante Bono d’une voix tout en douceur. Une berceuse aux paroles universelles.

 

 

 

 

 

Queen — « One Vision »

 

Est-il bien question de Martin Luther King dans cette chanson sortie en 1985 et racontant l’histoire d’un homme ayant consacré sa vie à lutter contre l’oppression ? « En grande partie », a répondu le batteur Roger Taylor aux journalistes de la BBC en 2011. « One Vision » combine synthétiseur, guitare et batterie dans une mélodie pop-rock propulsée par des élans psychédéliques. Fait rare : les quatre membres du groupe ont composé ensemble les paroles, qui reprennent en partie le modèle du discours « I Have a Dream ».

 

 

 

Public Enemy — « By the Time I Get to Arizona »

 

Cette chanson indignée a été écrite en réaction aux propos d’un gouverneur de l’Arizona qui a osé proposer l’annulation de la journée nationale consacrée à Martin Luther King. Nous sommes en 1990, 22 ans après la mort de MLK, mais son legs est vivace. La proposition est heureusement rejetée par les citoyens de l’Arizona. La chanson devient quant à elle la septième piste de l’album Apocalypse 91... The Enemy Strikes Black. 

 

 

 

Ben Harper — « Like A King »

 

Roi du folk américain, Ben Harper proposait en 1994 une chanson un brin plus complexe pour rendre hommage à Luther King. La pièce « Like a King », parue sur l’album Welcome to the Cruel World, imbrique le destin du pasteur à celui de Rodney King, un Afro-Américain victime de brutalité policière au début des années 1990. Harper évoque ainsi une Amérique qui ne s’est manifestement pas débarrassée de la discrimination raciale.

 

 

  

À cet aperçu du répertoire de chansons inspirées par la vie et l’œuvre de Martin Luther King, il faut ajouter une infinité de chants d’espoir et de rébellion qui ont accompagné le mouvement de lutte pour les droits civiques depuis les années 1960.

 

Ces pièces d’Aretha Franklin, de Duke Ellington et de Donny Hathaway, notamment, sont au cœur du spectacle We Shall Overcome, créé par le directeur musical Damien Sneed. 

 

La Place des Arts aura le plaisir d’accueillir ce spectacle en janvier 2020 (prévente le jeudi 24 janvier).

Go to top