L’aile du temps II (1978)
Nicolas Mavrikakis - 2 janvier 2018

L’aile du temps II (1978) - Jean Aubert

Credit photo : Caroline Bergeron

 

Cette œuvre fait partie d’un groupe de trois qui furent présentées en 1978 dans le cadre de la Semaine du patrimoine qui débuta lors de la fête de la Saint-Jean.

 

Initié en 1976, cet événement, « créé et coordonné par le ministère des Affaires culturelles, a[vait] comme objectif premier de sensibiliser le plus grand nombre possible de Québécois à la découverte et à la mise en valeur de leur patrimoine ».  Trois jeunes sculpteurs – Jean Aubert, Dominique Rolland et Serge Beaumont –, alors étudiants à l’UQAM, avaient osé soumettre leur candidature pour cet évènement. Leur concept de sculptures, qu’ils souhaitaient réaliser devant public à la Place des arts, avait été l’un trois cents projets retenus. Seul hic, les artistes n’avaient pas demandé l’aval de la direction de ce lieu… Qu’à cela ne tienne, sans rendez-vous, ils vont rencontrer Henri Barras, directeur artistique de la Place des arts, dont le projet pour la semaine du patrimoine avait – comble de l’ironie – été refusé par le comité organisateur. Bon joueur, Barras accepte d’accueillir les œuvres de ces étudiants pour sept jours… Elles sont en place depuis près de 40 ans.

 

Cette année-là, le thème de la semaine du patrimoine était Aux sources de notre avenir. Les organisateurs voulaient souligner les relations entre le passé et le futur de la culture québécoise. L’aile du temps II de Jean Aubert utilise des matériaux qui sont en lien direct avec cette idée. La sculpture – tout comme Le Porte-queue de Serge Beaumont et Pour les 1,80m de Dominique Rolland – est en pierre de Saint-Marc, matériau traditionnel qui fut longtemps utilisé dans l’architecture montréalaise. Elle est cependant montée sur un socle de béton moulé et texturé qui évoque la modernité du Québec.

 

L’aile du temps II (1978)
Jean Aubert (1937- )
Entrée de la Place des arts

Go to top