Avis de fermeture des rues

Jusqu'au 3 août, plusieurs rues avoisinantes à la Place des Arts seront fermées à la circulation. En savoir plus / voir le plan

Eddy King
Crédit photo : Eddy King
Crédit photo : Eddy King
Martine Roux - 11 juillet 2017

Juste pour rire : les spectacles qui décapent

Pendant le festival Juste pour rire, quatre humoristes aussi irrévérencieux que talentueux se donnent rendez-vous à la Place des Arts. Que vous réservent-ils ?

Rire de sujets aussi délicats que le terrorisme, l’homophobie et l’autisme ? Pourquoi pas ! Au-delà des galas et des têtes d’affiche, la programmation de la 35e édition du festival Juste pour rire fait justement la part belle aux artistes qui font dans l’humour grinçant, ici même, à la Place des Arts.

 

Le 14 juillet, par exemple, Mathieu Cyr entretiendra son public de sujets aussi sensibles que son trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ou des difficultés de la paternité. Étoile montante du milieu de l’humour québécois, ce jeune humoriste originaire de Beauharnois alterne les anecdotes inspirées de sa vie personnelle avec ses observations sur la société.

 

Rayon santé mentale, Louis T. en remettra une couche le 20 juillet alors qu’il abordera son récent diagnostic d’autisme. Ce spécialiste de l’humour engagé – il a notamment tenu des chroniques à Bazzo.tv (Télé-Québec) et à Gravel le matin (Ici Radio-Canada Première) – s’attaquera aussi à la corruption, à la religion et au terrorisme, autant de thèmes qui font partie de son répertoire décoiffant.

 

Né au Québec de parents d’origine marocaine et française, Neev a développé un univers humoristique inspiré des malaises identitaires. Il a cette façon rafraîchissante – et très drôle – d’aborder des sujets aussi grinçants que le terrorisme, le racisme et les préjugés. Sans parler de ses dons pour imiter les accents venus d’ailleurs ou d’ici… À ne pas manquer le 21 juillet.

 

Avec le spectacle Eddy, c’est quand ton prochain show ?, présenté le 22 juillet, l’humoriste d’origine franco-congolaise Eddy King bousculera à son tour les tabous. Dans sa mire : l’homophobie, les attentats terroristes et les relations interculturelles. Ce qui ne l’empêchera pas d’adopter aussi un ton plus léger, notamment en parlant de l’éducation de ses filles ou de PK Subban…

 

Bref, autant de performances décapantes qui ont de quoi nous faire réfléchir… tout en riant !

Go to top