Avis de fermeture des rues

Jusqu'au 3 août, plusieurs rues avoisinantes à la Place des Arts seront fermées à la circulation. En savoir plus / voir le plan

Johnny Clegg
Crédit photo : Johnny Clegg
Crédit photo : Johnny Clegg
Pascal Henrard - 25 juillet 2017

Johnny Clegg : l’itinéraire d’un Zoulou blanc

À 64 ans, Johnny Clegg a décidé qu’il allait accrocher sa guitare au terme d’une tournée d’adieu qui passe par Montréal. C’est l’occasion de rappeler le parcours du célèbre musicien sud-africain qui a été le premier Blanc à affirmer sur les scènes du monde son opposition à l’apartheid.

Devenu une star internationale à la fin des années 1980 grâce à la chanson Asimbonanga qu’il avait écrite en hommage à Nelson Mandela, Johnny Clegg compte près de 35 ans de carrière et plus de cinq millions d’albums vendus. Son parcours est indissociable des changements sociaux et politiques qui ont secoué son pays, l’Afrique du Sud.

 

Johnny Clegg a passé son enfance entre le Zimbabwe et l’Afrique du Sud avant de s’installer définitivement avec sa mère à Johannesburg. Très vite, le jeune Johnny découvre la musique, les chants, la danse et les instruments africains. Alors que la ségrégation raciale sévit toujours dans son pays, il s’initie à la langue et à la culture zouloue. Sa fréquentation des ghettos noirs et sa fascination pour la culture traditionnelle façonneront son style musical et sa personnalité.

 

Surnommé le Zoulou blanc, Johnny Clegg est un marginal dans une société où les Blancs et les Noirs vivent séparés. Profondément attaché à une société métissée et aux valeurs d’ouverture, il défie le régime politique et lutte activement contre la ségrégation.

 

Alors que sa carrière musicale explose à travers le monde, Johnny Clegg soutient les prisonniers d’opinion comme Nelson Mandela et devient le porte-étendard du mouvement antiapartheid. Sa musique pop-rock accompagnée de rythmes tribaux séduit les foules d’Europe et d’Amérique. Ses mélodies joyeuses chantées en anglais et en zoulou donnent une irrésistible envie de danser.

 

Après la libération de Nelson Mandela en 1990, l’Afrique du Sud s’ouvre et l’abolition de l’apartheid devient réalité. Johnny Clegg n’en poursuit pas moins sa musique aux multiples couleurs qui réunit les cultures et mélange les différences.

 

Johnny Clegg en trois clics…

 

Son plus grand succès : la chanson Scatterlings of Africa, que l’on retrouve d’ailleurs sur la bande sonore du film Rain Man (1988).

 

 

 

Une grande rencontre : Johnny Clegg et Nelson Mandela, en 1999.

 

 

 

 

Un reportage à voir : quand le chanteur Renaud fait un reportage sur Johnny Clegg.

 

 

 

 

Baptisée « Le dernier voyage », sa tournée d’adieu s’inspire de sa vie et fait la part belle aux chansons qui ont marqué l’histoire.

Johnny Clegg se produira à la Place des Arts de Montréal le 19 octobre 2017.

 

Go to top