Avis de fermeture des rues

Jusqu'au 3 août, plusieurs rues avoisinantes à la Place des Arts seront fermées à la circulation. En savoir plus / voir le plan

Jean-Michel Blais
Crédit photo : Place des Arts
Crédit photo : Place des Arts
Alexandra Truchot - 29 mai 2018

Jean-Michel Blais en entrevue - Chez Georges-Émile Off

Jean-Michel Blais est un pianiste canadien atypique. Influencé autant par la musique électronique que par les grandes pièces classiques, son premier album Il a été nommé dans le classement des 10 meilleurs albums de 2016 selon le magazine Times.  Catherine Pogonat l’a reçu dernièrement dans son décor coloré de Chez Georges-Émile Off. Jean-Michel Blais sera en concert le 29 juin 2018, dans le cadre du Festival international de Jazz de Montréal.

Catherine Pogonat a tout d’abord questionné Jean-Michel Blais sur l’origine de son amour pour le piano. Même si sa carrière musicale a démarré tardivement, il a rapidement su que le piano était son instrument. À l’âge de 10 ans, la sœur d’un ami lui avait montré quelques accords sur le vieux piano familial et depuis, il n’a jamais cessé de jouer.

Cependant, en étudiant au Conservatoire, il s’est rendu compte qu’il n’était pas prêt à en faire une carrière. Il ne se voyait pas devenir pianiste de haut niveau, jouer du matin au soir, faire des tournées, seul partout dans le monde. Il trouvait également que les cours laissaient peu de place à l’improvisation et aux nouveautés. Il a laissé tout de côté et est parti en voyage en sac à dos.

Maintenant, il sait que c’est une bonne chose; il manquait de confiance en lui, il était trop fragile. Il avait besoin de vieillir avant de revenir à musique. Finalement, c’est près de 10 ans plus tard qu’une compagnie de disques prestigieuse le contacte pour produire son album. Il a failli classer la demande dans ses pourriels pour finalement se laisser convaincre par un ami que cela ne devait pas être une blague. La suite sera marquée d’un succès international et de critiques élogieuses.

Démocratiser la musique classique

Pour lui, la démocratisation de la musique classique n’est pas une mission en soi; c’est tout simplement naturel. Il a baigné dans une culture musicale diversifiée, de Ginette Reno à la musique classique. Mais ce qu’il aime le plus, c’est le mélange de l’électronique et du piano. Il y trouve les mêmes gammes d’émotions et le même minimalisme.

Il a beaucoup d’admiration pour les auteurs de paroles, notamment Safia Nolin dont les textes sont pour lui forts et si simples à la fois. Il a essayé d’écrire lui-même quelques chansons, mais il n’est jamais satisfait du résultat. Il ne sait exprimer ses émotions qu’à travers le son.

La musique arrive là où les mots manquent.

Pour en savoir plus sur Jean-Michel Blais et entendre sa prestation unique dans l'intimité de la Salle Claude-Léveillée, visionnez l’entrevue au complet!

Regardez-le aussi en prestation avec la pièce Il.

Ne ratez pas Jean-Michel Blais sur scène le 29 juin 2018 en compagnie de l’étonnant multi-instrumentiste islandais Ólafur Arnald, dans le cadre du Festival international de Jazz de Montréal.

L'intégrale de l'entrevue

 

 

Go to top