Coronavirus (Covid-19)

À la suite de la décision du gouvernement de prolonger les mesures sanitaires additionnelles dans les zones rouges, les spectacles et activités publiques prévus jusqu’au 11 janvier 2021 prochain sont annulés ou reportés. Voir les dernières mises à jour

Identités en mutation au Festival TransAmériques
Crédit photo : Simon Gosselin
Crédit photo : Maude Chauvin
Philippe Couture - 15 mai 2019

En orbite - Martin Faucher du FTA : Identités en mutation

Guerres religieuses, rituels réinventés et étonnantes conversations avec des cuiseurs de riz : voilà ce que propose le Festival TransAmériques (FTA) à la Place des Arts cette année. Discussion enthousiaste avec le directeur artistique du festival, Martin Faucher.

 

Crédit photo : Maude Chauvin

 

C’est la Place des Arts qui a l’honneur de donner le coup d’envoi du festival cette année, avec le spectacle Tous des oiseaux, de Wajdi Mouawad, présenté chez Duceppe. Pourquoi ce choix en ouverture ?

 

C’est d’abord une joie de permettre aux Montréalais de retrouver un Wajdi Mouawad au sommet de sa forme. Il y aura un plaisir énorme pour le spectateur d’ici à renouer avec la dramaturgie épique de Wajdi Mouawad, après plusieurs années où il a été absent du Québec. Tous des oiseaux est son œuvre la plus achevée à ce jour, par sa narration complexe et maîtrisée comme par son propos prenant sur l’identité. J’y ai tout de suite vu un point culminant pour cette édition : la pièce condense de nombreux thèmes que nos spectateurs rencontreront dans d’autres spectacles du festival cette année.

 

Ce spectacle plonge dans des millénaires de conflits religieux en Europe et en Israël, par les voies de l’intime. En quoi ses intrigues familiales et amoureuses donnent-elles du relief à ces grands récits de guerre ?

 

Wajdi, en tant que Libanais et en tant qu’Arabe, fait un magnifique effort de compréhension de l’autre. Il sonde le peuple « ennemi » et tente de comprendre la violence et la haine qui opposent depuis toujours les peuples arabes aux peuples juifs. Par là, ses personnages posent aussi la question de leur identité profonde : qui suis-je? Suis-je vraiment défini par ces vieilles haines ancestrales qui ont déterminé mon histoire familiale ? Il y a une grande dignité dans ce regard sur l’autre et sur soi, une maturité émotive et intellectuelle que j’ai trouvée emblématique du travail de nombreux autres artistes du festival, qui abordent de différentes manières ces questions d’altérité et de violence.

L’identité est-elle aussi abordée dans la seconde pièce du FTA à l’affiche de la Place des Arts, May He Rise and Smell The Fragrance, du chorégraphe libanais Ali Chahrour ?

 

Oui, d’une autre façon. Ali Chahrour cherche à confronter les traditions de son peuple à son identité contemporaine morcelée. Il oscille entre l’attachement aux vieux rituels chiites et le désir de construire de nouveaux espaces de sacré, dans une forme qui évoque un concert rock. Il développe aussi ce questionnement par le biais d’un certain érotisme queer. Il explore l’identité en puisant dans tous ces codes.

 

Mais c’est avant tout un spectacle sur la notion de rituel. Au début, la pièce demeure très ancrée dans des codes ritualisés chiites, qui échappent au spectateur occidental, mais plus cette forme est transformée en cours de route, plus le spectateur se questionnera sur son propre rapport au rituel funéraire. Comment traversons-nous le deuil ? Par quoi remplacer les rites funèbres religieux qui ne semblent plus correspondre à nos identités contemporaines ? Ce sont de grandes questions pour le peuple québécois. Ali Chahrour y répond en confrontant des rites religieux et des rites païens, et c’est vraiment passionnant.

Crédit photo : Zyad Ceblany

 

Dans un tout autre registre, la Place des Arts accueillera Cuckoo, une pièce mettant en scène un homme seul et trois cuiseurs de riz dont retentissent les voix de synthèse. Peut-on y voir une fable sur la solitude de l’homme dans un monde de plus en plus robotisé ?

 

En partie. L’artiste nord-coréen Jaha Koo, maintenant basé à Amsterdam, fait de ces cuiseurs de riz ses partenaires de jeu pour explorer le succès relativement récent de l’ère post-industrielle et des avancées technologiques en Corée du Nord, qui entrent en profond choc avec les valeurs traditionnelles du pays. Son spectacle est une réflexion puissante sur le néolibéralisme qui étend désormais ses tentacules partout dans le monde, même là où on lui a plus longuement résisté. En parallèle de ses conversations avec les cuiseurs, Jaha Koo nous fait plonger, par des séquences vidéo documentaires, dans de vastes pans de l’histoire nord-coréenne. J’ai très hâte de voir les réactions du public montréalais.

Crédit photo : Radovan Dranga

 

Tous des oiseaux
Du 22 au 27 mai, au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts.

 

May He Rise And Smell The Fragrance
Du 25 au 27 mai, à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

 

Cuckoo
Du 30 mai au 2 juin, à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

 

Le Festival TransAmériques se déroule du 22 mai au 4 juin.

Go to top