Coronavirus (Covid-19)

La Place des Arts suspend la tenue de spectacles et d'activités publiques jusqu'à nouvel ordre. Voir les dernières mises à jour

GFN
Maryse Boyce - 5 février 2020

En orbite : Francis Choinière et GFN Productions

Derrière les plus récents ciné-concerts présentés à la Place des Arts se cachent trois jeunes entrepreneurs aussi talentueux qu’ambitieux : Gabriel Felcarek, Francis et Nicholas Choinière. Le trio derrière GFN Productions est décidé à nous en mettre plein les yeux et les oreilles!

 

Nous nous sommes entretenus avec Francis Choinière, président de la maison de production et étudiant en direction d’orchestre à l’École de musique Schulich de l’Université McGill, à propos du parcours du trio et d'un ciné-concert bientôt à l’affiche de la salle Wilfrid-Pelletier : Le Seigneur des Anneaux — Les Deux Tours.

 

Comment sont nés votre compagnie GFN Productions et votre désir de produire des ciné-concerts?

 

Francis Choinière : J’ai travaillé comme chef de chœur ces dernières années dans d’autres productions du genre, notamment Harry Potter et Game of Thrones. Je me suis demandé quel film avait une trame sonore riche avec orchestre et chorale, et c’est Le Seigneur des Anneaux qui m’est venu en tête. C’est vraiment ce projet qui nous a poussés à fonder notre compagnie de production.

 

Vous dirigez maintenant GFN Productions avec votre frère jumeau Nicholas et votre ami Gabriel Felcarek, que vous avez connu à l’école primaire. Comment vous complétez-vous?

 

Je dirige depuis quelques années des concerts de l’Orchestre Philharmonique et Chœur des Mélomanes; la direction est ma spécialité. Nicholas étudie à l’École de technologie supérieure en génie électrique et travaille avec la technologie, donc c’est lui qui se charge de cet aspect de nos productions et du marketing. Gabriel a toujours été bon en finances, c’est donc lui qui a pris en charge ce volet!

 

Vous avez présenté à guichets fermés le premier volet de la trilogie du Seigneur des Anneaux l’année dernière à la Place des Arts et avez enchaîné les productions depuis. Comment ça se passe?

 

Ça va rapidement! Au cours de notre première année, nous avons produit trois ciné-concerts : le premier volet du Seigneur des Anneaux, le quatrième film de la saga Star Wars et Fantasia. Ce sont des œuvres complètement différentes, qui touchent des publics tout aussi différents. Ces projets nous ont enthousiasmés. Nous sommes déjà à prévoir le troisième volet du Seigneur des Anneaux. Les réservations de salle et les répétitions doivent être planifiées longtemps à l’avance.

 

Vous concentrez vos activités principalement sur les ciné-concerts. Qu’est-ce qui vous motive dans ce format particulier?

 

Nous voulons renouveler la musique classique avec les œuvres orchestrales et chorales de notre temps. La plupart des gens qui viennent voir ces productions ciné-concerts n’ont jamais assisté à un concert d’orchestre symphonique. Nous développons l’intérêt d’une nouvelle clientèle pour la musique orchestrale.

 

Si Titanic rassemble 130 musiciens et choristes sur scène, Le Seigneur des anneaux pose un défi supplémentaire avec son équipe de 250 personnes. Est-ce votre production la plus ambitieuse?

 

En effet! Il nous faut au minimum 85 musiciens d’orchestre, un chœur de 50 à 60 enfants, en plus d’une centaine de choristes adultes pour respecter la vision d’Howard Shore quand il a créé le ciné-concert. Il voulait que la présence sur scène soit en phase avec ce qu’on voit dans le film. Pour moi comme chef de chœur, la différence est surtout dans la longueur et dans le fait que les pièces sont en plusieurs langues, ce qui est plus complexe.

 

Vous avez présenté votre première production à la Place des Arts en janvier 2019. Qu’est-ce que cette institution signifie pour vous?

 

Personnellement, j’ai une longue relation avec la Place des Arts. Je me souviens des répétitions générales de l’Opéra de Montréal, auxquelles nous assistions avec l’école.

 

Quant aux ciné-concerts, l’équipe de la Place des Arts nous a fait confiance dès notre première production et nous sommes déjà à planifier à long terme pour nos prochains spectacles. 

 

À Montréal, la salle Wilfrid-Pelletier est idéale pour nos productions. C’est d’ailleurs l’une des seules où il y a assez d’espace sur scène pour accommoder les 250 musiciens!

 

Après les ciné-concerts de cet hiver, qu’est-ce qui attend GFN Productions?

 

Nous voulons compléter les trilogies que nous avons commencées. Nous travaillons aussi à développer d’autres marchés, comme Toronto et Vancouver. Mais ce sera un long processus. Nous avons également plusieurs autres productions en chantier, mais il est trop tôt pour en parler…

 

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours en concert sera présenté les 28 et 29 février ainsi que le 1er mars à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Go to top