Comment Plume m’est rentré dedans
Steve Proulx - 21 mai 2019

Comment Plume m’est rentré dedans

J’ai un souvenir vivace de ma première rencontre avec Plume Latraverse. Je devais avoir 10 ou 11 ans. Chez mon cousin de deux ans mon aîné, dans son sous-sol qui sentait drôle, il a sorti une cassette audio en me disant quelque chose comme « Écoute ben ça... »

 

J’ai bien écouté ça.

 

Quel album c’était ? Aucune idée. Sans doute une compilation de la série Le lour passé de Plume Latraverse.

 

À l’époque, ce poil à gratter de la chanson québécoise en était déjà à ressortir ses grands succès. Peu importe, en ce qui me concerne, je les entendais pour la première fois. Malgré tout, ces chansons avaient un air étrangement familier.

 

Ses airs sonnaient comme le Québec que je connaissais. Un Québec peuplé d’oncles moustachus au parler grasseyant, une caisse de 24 toujours à portée de main. Des hommes assez peu portés à débattre des idées du siècle des Lumières.

 

Sur le « tape à cassette » de mon cousin, j’écoutais Plume sacrer, chanter ses beuveries, râler à propos de la saleté de la vie. Le bonheur !

 

Les mots de Plume

 

À 10 ou 11 ans, découvrir la prose de Plume Latraverse était aussi grisant que de feuilleter une revue cochonne. Ce type débitait des mots malpropres, vulgaires, dangereux. Des mots interdits.

 

Plume m’est d’abord rentré dedans en m’ouvrant les portes d’un champ lexical illicite — et terriblement séduisant.

 

Je me souviens avoir appris La Bienséance par cœur :

 

 « Toutes les ment’ries qu’j’ai appris à réciter quand j’étais p’tit, pis les leçons de bienséance qui sont v’nues fucker mon enfance me sont très utiles aujourd’hui pour faire caca pis faire pipi. On m’a faite manger du papier pour que j’puisse chier tout enveloppé ! »

 

Vous me direz qu’on a vu plus raffiné en matière de poésie. J’en conviens.

 

Il n’en demeure pas moins que les mots de Plume sont parvenus à titiller chez l’enfant que j’étais un intérêt pour les « chansons à textes ». Après Plume, j’ai eu ma période Brassens, Vian, Brel…

 

La musique de Plume

 

Plume Latraverse, c’est aussi une musique. Du rock bien senti qui ne se prend jamais au sérieux. Et les mélodies… Plume a le sens de la ritournelle, c’est certain !

 

J’ai aimé ses chansons « rentre dedans » comme Bobépine, Le Rock’n’roll du grand flanc mou, Rideau

 

J’écoute encore régulièrement ses plus sages propositions ; des chansons qui nous montrent le côté « tendre » de cet ours mal léché du star-système québécois : Ma porte de shed, Marie-Lou, J’veux m’en r’tourner chez nous...

 

 

 

Monter sur scène après 50 ans de carrière comme il le fait, c’est déjà un exploit. Mais surtout, l’homme ne semble pas prêt de s’assagir. Alors qu’il aurait pu se contenter de « faire du pouce » sur ses vieux succès comme tant d’artistes de son âge, Plume nous est à nouveau rentré dedans avec un nouvel album sorti il y a trois ans à peine.

 

Plume est un oiseau rare. On a cassé le moule. Profitons-en.

 

 

Plume Latraverse présentera son spectacle SÉQUELLES ? à la Cinquième Salle de la Place des Arts, du 23 au 26 octobre 2019.

 

Go to top